Menu

Compléments alimentaires

Revue Experts numéro 86 | Paru le : 23.12.2009

La Chambre criminelle casse l’arrêt de relaxe rendu par la Cour d’appel au motif que le prétendu complément alimentaire contenait des plantes médicinales inscrites à la pharmacopée de nature à restaurer, corriger, ou modifier des fonctions physiologiques de manière significative en exerçant une action pharmacologique, immunologique, ou métabolique, relevant comme telles du monopole des pharmaciens.

Identifiez-vous

Articles connexes sur le même thème

Articles les plus lus