Menu

La maison du bonheur. Elle penche! Vice caché ou vice apparent ?

Revue Experts numéro 32 | Paru le : 13.01.2010

Histoire d'une maison ancienne dont l'acquéreur a constaté un vice après l'achat ! Comme toujours dans des cas similaires, il ne reste plus qu'à faire le diagnostic des désordres (ici affaissement de la maison), la recherche des causes (superficielles ou profondes) et des propositions de remèdes. Il n'y a pas à rechercher un recours auprès du vendeur ou d'une assurance. L'agent immobilier aurait-il dû informer l'acquéreur ? La question se pose mais il y a surtout à retenir qu'un acquéreur n'étant pas toujours apte à déceler un vice apparent ou aisément mis en évidence après des vérifications élémentaires comme la jurisprudence lui enjoint de le faire, il doit au moins être vigilant et, avant toute acquisition, demander à un expert en bâtiment d'assurer la charge de dire si telle maison est saine et solide .

Identifiez-vous

Articles les plus lus