Recherche avancée : cliquez ici
Glossaire du numéro spécial "Santé et environnement"
Mercredi, 06 Juillet 2016 08:15

Abiotique : Les éléments abiotiques sont l’eau, l’air, le sol, la température, la lumière.

 

Anthropologique : Étude de l’être humain sous tous ses aspects, à la fois physiques et culturels.

 

Antibiotique : Substance chimique produite par des microorganismes capable de détruire ou d’empêcher la reproduction d’autres microorganismes.

 

Biodiversité : On peut la définir par rapport à la biosphère (voir ci-après) ; si celle-ci est la sphère du vivant, alors la biodiversité représente la richesse, la variété, l’hétérogénéité des espèces.

 

Biosphère : Partie vivante (qui abrite la vie) de la planète (11 000 mètres de profondeur et 15 000 mètres d’altitude par rapport au niveau de la mer) qui comprend l’atmosphère, l’hydrosphère, la lithosphère (couche externe de l’écorce terrestre constituée de plaques mobiles).

 

Biotique : Qui concerne le développement des êtres vivants.

 

Cocktail (Effet cocktail) : Expression généralement employée pour parler des effets sur la santé de plusieurs substances chimiques ou contaminants auxquels l’homme peut être simultanément exposé. Cette définition suppose que des molécules prises séparément puissent voir leur toxicité augmenter quand elles sont combinées.

 

Écologie : Également connue sous le nom "bioécologie", "bionomie" ou science de l’environnement ou environnementale, c’est la science qui étudie les êtres vivants dans leur milieu et les interactions entre eux. En tant que science biologique, elle est fortement liée à d’autres branches de la biologie, principalement la génétique des populations, la physiologie, l’éthologie…

 

Écosystème : Ensemble formé par une association ou une communauté d’êtres vivants (ou biocénose) et son environnement biologique, géologique, édaphique (qui a trait à un facteur écologique lié au sol), hydrologique, climatique, etc. (biotope).           
Ecosystème = Biocénose + Biotope
C’est un système naturel qui tend à évoluer vers un état théorique stable et assurer sa pérennité en développant entre ses divers éléments un réseau d’échange et de matière permettant le maintien de la vie. À noter que dans un écosystème, le rôle du sol est de fournir une diversité d’habitats, d’agir comme accumulateur, transformateur et milieu de transport pour l’eau et les autres produits apportés.

 

Épidémiologie : Etude au sein des populations (humaines, animales, végétales) de la fréquence et de la répartition des problèmes de santé dans le temps et dans l’espace, ainsi que du rôle des facteurs qui les déterminent.

 

Épigénétique : Ensemble des mécanismes moléculaires ayant lieu au niveau du génome et de la régulation de l’expression des gènes, pouvant être influencé par l’environnement et l’histoire individuelle, ainsi qu’être potentiellement transmissible d’une génération à l’autre.

 

Épistémologie : Partie de la philosophie qui étudie soit des sciences particulières, soit la théorie de la connaissance en général.

 

Éthologie : Science des comportements des espèces animales dans leur milieu naturel.
Êtres vivants : Hommes + Animaux + Végétaux + Microorganismes.

 

Ex ante, ex post : Synonymes d’a priori (connaissance, avis selon des éléments, des données, des principes antérieurs ou avant expérience), et d’a posteriori (connaissances, avis empiriques, factuels, issus de l’expérience).

 

Exposome : Concept correspondant à la totalité des expositions à des facteurs environnementaux (c’est-à-dire non génétiques)  que subit un organisme (Wikipédia).

 

Falsifiable : Qui peut être caractérisé comme faux (contraire : vérifiable, infalsifiable).

 

Génotype : Patrimoine génétique d’un individu dépendant des gènes hérités de ses parents, qu’ils soient exprimés ou pas (opposé : phénotype).

 

Holistique : Théorie selon laquelle l’Homme est un tout indivisible.

 

Microorganismes : Organismes vivants, microscopiques, généralement invisibles à l’œil nu, observables à l’aide d’un microscope. Parmi eux, on trouve : les bactéries, les champignons, les archéobactéries, les protistes (ils regroupent tous les êtres vivants unicellulaires caractérisés par la présence d’un ou plusieurs noyaux - eucaryotes -), les virus (ils se caractérisent par leur incapacité à se multiplier sauf par division ; pour cela, ils doivent utiliser une cellule hôte), des plantes microscopiques appelées algues vertes, et des animaux tels que le plancton, le planaire et l’amibe.

 

Nutriment : Substance alimentaire pouvant être entièrement et directement assimilée (injection IV, par exemple).

 

Phénotype (ou l’effet des gènes) : Ensemble des caractères individuels correspondant à une réalisation du génotype déterminée par l’action des facteurs du milieu au cours du développement de l’organisme.

 

Prévalence : En épidémiologie, c’est une mesure de l’état de santé d’une population à un instant donné. Pour une affection donnée, elle est calculée en rapportant à la population totale le nombre de cas de maladies présents à un moment donné.

 

Reach : Règlement de l’Union européenne pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques.

 

Seuil toxicologique : C’est la limite au-delà de laquelle certains effets toxiques sont susceptibles d’apparition chez les organismes (ou organes) exposés à un ou plusieurs risque(s). Il est indicatif de risques habituellement relatifs au couple concentration/durée d’exposition. Généralement, il concerne la toxicité aiguë, mais parfois aussi la toxicité chronique. On distingue des effets toxiques à seuil de dose, et sans seuil de dose ; les dommages des premiers apparaissent au-delà d’une certaine dose alors que ceux des secondes surviennent quelle que soit la dose  (dans ce dernier cas, une seule molécule peut provoquer un effet adverse dans une cellule).

 

Sobriété (Principe de...) : Entré dans la loi à propos d’un secteur d’activité économique d’une grande vitalité (les ondes électromagnétiques) auquel la population n’entend pas renoncer mais qui est porteur d’effets sanitaires négatifs ;  son objet est la mise en œuvre d’une réglementation ad hoc. Ledit principe a, bien sûr, vocation à être étendu à une multitude de molécules chimiques…

 

Toxicologie : Science qui étudie les poisons (détection, effets, remèdes).

 

Valeurs toxicologiques de références (VTR) : Elles caractérisent certains risques sanitaires encourus par la population et établissent la relation entre la dose externe d’exposition à une substance toxique et la survenue d’un effet nocif. Elles sont généralement spécifiques d’un effet, d’une voie, d’une durée d’exposition … .

 

Xénotique : Substance présente dans un organisme vivant mais qui lui est étrangère, ni produite par l’organisme lui-même, ni par son alimentation naturelle (en général c’est une molécule chimique polluante, parfois toxique – un pesticide, par exemple).

Mise à jour le Mercredi, 06 Juillet 2016 08:24