Recherche avancée : cliquez ici
Editorial n° 136
Mardi, 13 Février 2018 16:18

Démêler le vrai du faux

 

 

mh_2

Le vrai est « scientifiquement prouvé », le faux est ce qui n’est pas vrai : cela semble simple.

 

 

« Je suis ici et pas ailleurs » : oui et non – le téléphone transporte la voix, le cinéma et la télévision l’image ; visioconférences, WhatsApp et autres sont maintenant à la portée de tous.

 

 

 Lors d'une expertise sur dossier, les pièces transmises sont-elles « vraies » ? Traduisent-elles la réalité ?

 

 

 Le vrai, quel est-il ?

 

 

 Ce que l’on voit ? Mais les mirages sont bien connus, fruits d’effets d’optique et de l’imagination.

 

Ce que l’on entend ? Mais les mots peuvent trahir la réalité et mentir.

 

Ce que l’on sent ? Mais les odeurs de rose peuvent n’être que des molécules synthétiques.

 

Ce que l’on ressent ? Mais ces jeux vidéo dans lesquels on se fracasse ne sont qu’illusion.

 

Avec les démonstrations scientifiques, nous avions cru résoudre le problème du vrai et du faux ; mais avec les années et l’émergence d’autres découvertes, vérité d’hier n’est plus celle de demain.

 

Le doute dans certains cas, même s’il dérange, est un facteur d’honnêteté intellectuelle et, à condition d’être solidement argumenté, il doit être recevable s’il est expliqué, même et surtout en expertise.

 

Ce qui est « scientifiquement prouvé » est rassurant pour le citoyen lambda, un excellent argument de vente pour le commercial et un élément de crédibilité pour l’expert, mais crédibilité à un instant donné, sachant que l’état de la science est susceptible d’évoluer.


« Le chat de Schrödinger » (1935) nous en a donné une éclatante démonstration : grâce au raisonnement de la mécanique quantique, le chat est vivant et mort à la fois, ce qui n’est pas pour rassurer notre cerveau « classique » !

 

 shutterstock_227038018_copie_2

 

Les fameuses « fake news », anciennement « fausses rumeurs », sont devenues un phénomène de société, et leurs contenus – diffusés à grande échelle et à des vitesses vertigineuses via les réseaux sociaux – sont susceptibles d’influencer en masse les honnêtes gens.

Tout cela est décidément bien compliqué.

 

Et si je vous disais, en conscience : « Est vrai ce que je crois » ?

 

Mise à jour le Mardi, 13 Février 2018 16:43