Recherche avancée : cliquez ici
Editorial 134
Jeudi, 26 Octobre 2017 15:01

Inscrivez-vous au symposium du 8 novembre 2017 ! : 

 

« Les acteurs de l’expertise et les médias »

 

 

(70 € – Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )


 

mh_2

 

Nous sommes tous concernés par les médias.

 

Dans leur fantastique diversité actuelle, ils font totalement partie de notre vie : avec le journal de la presse écrite du matin que l’on parcourt au petit déjeuner, les journaux télévisés auxquels nul ne peut échapper, les accès et messageries Internet qui captent notre attention de façon quasi permanente, et maintenant avec les réseaux sociaux qui envahissent littéralement notre quotidien.

 

Ces médias sont des entreprises devant être financées pour exister et si elles ne disposaient que de la modeste contribution des acheteurs, peu survivraient.

 

Les annonces publicitaires constituent une ressource majeure et pour avoir des annonceurs, il faut que le média soit lu, écouté, consulté ou regardé par un public susceptible d’intéresser la marque de l’annonceur ; c’est ainsi qu’aux heures de grande écoute des séniors, on voit maintenant fleurir des publicités pour agences de tourisme, hôtels paradisiaques, et aussi pour fuites urinaires et contrats « obsèques »…

 

On le sait, le crime, la médecine sont des sujets porteurs ; les chaînes de télévision diffusent des séries d’enquêtes criminelles qui font de l’audimat; et si c’est une histoire vraie, à l’époque de la téléréalité, c’est encore mieux ; d’où, pour le journaliste, l’intérêt que peuvent représenter expert, magistrat, avocat.

 

Le journaliste a été formé pour obtenir ce qu’il veut et il sait comment appâter le chaland : « pour apprendre la vérité aux auditeurs, cher expert, avec la science que vous possédez, vous seul êtes crédible. » La flatterie est depuis toujours un moyen éprouvé et efficace ! Ajoutant si besoin : « c’est de votre devoir d’éclairer le citoyen, etc. » L’audimat va monter, et avec lui, les recettes des annonceurs.

 

Nous, grand public comme professionnels, avons tendance à considérer les médias en pensant les connaître ; nous les avons intégrés à notre vie et nous croyons les maîtriser alors que nous leur sommes dépendants sans nous en rendre compte la plupart du temps.

 

Ce symposium 2017 va nous permettre de faire une pause sur ce sujet, d’y réfléchir avec des personnalités qui en ont une bonne expérience, à commencer par les journalistes eux-mêmes, et aussi avec magistrats, avocats et experts qui nous diront les pièges à éviter, soulignant aussi les très grandes richesses que peuvent nous apporter les médias et le pouvoir qu’ils détiennent.

Mise à jour le Jeudi, 26 Octobre 2017 15:11