Recherche avancée : cliquez ici
2e salon de la LegalTech
Jeudi, 15 Février 2018 11:25

Organisé par l’association « OpenLaw – le droit ouvert » et le site Internet Village de la justice, les 6 et 7 décembre 2017, aux Docks de Paris

 

Pendant deux jours, acteurs de la LegalTech, professionnels du droit, étudiants et entrepreneurs se sont rencontrés pour discuter de pratiques innovantes et de technologies appliquées à l'univers du droit.

 

Parmi les nombreuses conférences et ateliers -– qui ont rassemblé acteurs traditionnels et start-up –, une rencontre était consacrée au lien entre innovation et droit.

 

Jean-Manuel Caparros, responsable marketing, innovation et digital d'Axa protection juridique, y a signalé la rapidité avec laquelle les acteurs de la LegalTech se sont fait une place dans l'univers du droit. « 70 % des start-up de la LegalTech n’existaient pas il y a trois ans. Leur arrivée a conduit à l’apparition de nouvelles propositions de valeurs, de nouveaux services. »

 

Selon lui, ces nouveaux protagonistes ont permis la prise en charge de certains litiges du quotidien. « Lorsqu’un internaute français a un litige lors d’un achat en ligne qui vaut quelques dizaines ou centaines d’euros, son premier réflexe n’est pas d’aller voir un avocat. Cela ne serait pas logique économiquement. Il n’y avait donc pas d’offres de services pour cette catégorie. Dans un premier temps, les acteurs de la LegalTech étaient là pour répondre à un besoin naissant auquel les professionnels traditionnels du droit ne répondaient pas. »

 

Actuellement, avec le développement de l'apport technologique, les acteurs de la LegalTech commencent à accompagner des avocats ou des juristes. « Chez nous, désormais, le juriste s'appuie sur des technologies de type prédictives pour mieux accompagner les clients dans leur litige et mieux les conseiller », explique Jean Manuel Caparros.

 

Vincent Henderson, qui gère les produits on-line de l'éditeur juridique Wolters Kluwer, souligne que « la LegalTech n'a pas de sens si elle ne sert pas les intérêts des spécialistes du droit.  L'amélioration à la fois du service du droit pour la population et du travail des différents professionnels doit rester la priorité de tous. Ce qui est important, c'est voir comment utiliser la LegalTech pour améliorer la manière dont est exercé le droit ».

 

Chez les avocats, globalement, après une période de « peur face à ces évolutions », « une prise de conscience » semble avoir lieu concernant la transition numérique dans le secteur, selon Morgan de Sauw, avocat au barreau de Paris en droit des sociétés et nouvelles technologies, et membre du réseau national des incubateurs des avocats. Ce réseau souhaite développer trois axes : instaurer une formation numérique commune axée sur le marketing, la communication digitale et divers points techniques en informatique ; mutualiser les tests d'outils techniques, car les avocats peuvent avoir connaissance de plusieurs innovations proposées aujourd'hui mais n'ont pas forcément les moyens de les tester ; mettre en place un financement commun pour financer les créateurs de projets innovants et les accompagner.

 

Xavier Boutiron, associé dans une étude de notaires, a raconté être parti du constat que ses associés et lui n'avaient « pas évolué dans [leurs] méthodes de travail depuis 20 ans ». « Nous avions changé d'outils, passant du courrier au fax, puis au mail, et maintenant à Dropbox, mais nous n'avions jamais modifié la relation avec nos clients. […] Nous avons décidé de mettre en place une plateforme qui permet à nos clients de déposer des documents, de suivre l'avancée de leur dossier en temps réel, pour qu'ils n'aient plus à attendre des semaines pour avoir des nouvelles en se sentant exclus. »

 

De son côté, Patrice Gras, président de l'Union nationale des huissiers de justice, a annoncé examiner la notion de tiers de confiance. « Plus nous utilisons des documents dématérialisés, plus nous avons besoin d'avoir un coffre-fort électronique. Nous avons réfléchi à la création de systèmes pour pouvoir sécuriser tout cet univers en train de se créer ».

 

 

Yohan Vamur

Mise à jour le Jeudi, 15 Février 2018 11:27